Fêtes impériales à Grosbois

Fêtes impériales à Grosbois

Fêtes impériales à Grosbois

Un rendez-vous incontournable

Durant les Journées du Patrimoine, les 19 et 20 septembre 2020, ambiance  fêtes impériales à Grosbois!

Le prince et la princesse de Wagram ont reçu  l’empereur Napoléon III et son épouse Eugénie de Montijo, dans leur belle demeure de Grosbois. L’empereur revenait de l’Exposition Universelle (de 1867) installée au Champ de Mars. En effet, il  a été fier de montrer au monde, et à toutes les têtes couronnées d’Europe, le nouveau Paris rénové par le baron Haussmann qui l’accompagne ce jour.

Dans leurs magnifiques costumes, les danseurs de « Carnet de Bals » ont brillamment accueilli et diverti Leurs Majestés dans la Cour d’Honneur. Ils ont interprété, sous la direction du maître de ballet, les grands succès du Second Empire. Les visiteurs ont d’ailleurs été invités à participer aux danses. Le tout sous l’œil vigilant du garde champêtre*!

Pendant ce temps, les enfants des visiteurs ont fait la connaissance du petit prince et de ses sœurs, les enfants de Napoléon Berthier. Leur vie au château a été contée par « les Marionnettes de Bas les Pattes ».

Napoléon III connait bien le domaine de Grosbois. Chaque année, il ne manque pas de venir y chasser à l’invitation de Napoléon Alexandre Berthier (le fils du maréchal) et de son épouse Zénaïde Françoise Clary*.

La Chasse

Les visiteurs du  château ont alors eu la surprise de rencontrer, dans le salon des Chasseurs, le baron Gourgaud* et son épouse*, les voisins du château de La Grange, et le comte Alphonse de Toulouse-Lautrec Monfa* (le père du peintre).  Les invités du prince de Wagram lui rendaient mille grâces de pouvoir prendre part à la chasse à courre organisée en l’honneur de l’empereur dans son grand domaine très giboyeux de 2 340 hectares. «  Excellent cavalier, grand amateur de chevaux, le prince a la réputation d’un fusil particulièrement habile. Grand adepte de l’art de la chasse, il a un superbe équipage ; sa meute est forte d’une trentaine de fox-hounds. Il exige une tenue impeccable de ces gens, son piqueur, ses valets et ses gardes-chasse … »

Puis, c’était le départ des chasseurs, salués par les visiteurs et les trompes de chasse du « Bien Allé «  de Chennevières.

Sur la terrasse du château donnant sur les douves, le prince et la princesse de Wagram ont convié à déjeuner l’empereur et l’impératrice et leurs autres invités.  Les visiteurs ont pu les photographier pour immortaliser ces belles journées d’été ensoleillées … et impériales.

Sur les pelouses, la Fédération française des Camélidés a proposé des baptêmes en dromadaire. Cette note d’exotisme rappelait ainsi que Ferdinand de Lesseps et la France s’activaient alors à construire le canal de Suez. L’impératrice l’inaugure en personne en 1869.

Fin de partie

Le jour tirait à  sa fin. C’était l’heure de se quitter après cette agréable journée à la campagne. Les danseurs, les sonneurs, Napoléon Berthier et Zénaïde Clary et leurs invités, ont raccompagné leurs Majestés jusqu’à leur landau. Après un dernier au revoir, la voiture s’est  éloignée vers la grille d’entrée du domaine pour regagner la capitale.

Ce week-end impérial a attiré près de 1 500 visiteurs. Christophe Walazyc*, régisseur, Ariane*, Marie-Odile* et le personnel de la Société d’encouragement à l’élevage du Cheval Français l’ont organisé.

*membre du Cercle Historique de Boissy-Saint-Léger

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Fêtes impériales à Grosbois

Boissy-Saint-Léger sous le Premier et le Second Empire.

Boissy-Saint-Léger sous le Premier et le Second Empire.

En 2018, notre ville adhéré à l’association des villes impériales. C’est pourquoi 230 spectateurs ont pu assister, dans la salle des Fêtes, à une représentation donnée par le Cercle Historique de Boissy-Saint-Léger : « Mémoire d’un lieu – Boissy-Saint-Léger sous le Premier et le Second Empire».

Dialogues

Roger Guillemard, historien boisséen, a écrit plusieurs dialogues. Nicole, Roger, Corinne, André, Catherine, Sébastien, Mauricette, Christophe et Myriam les ont joués.  Cyril, pour le diaporama, et Edouardo, pour le son et la lumière,  ont apporté leur concours. Chaque dialogue donnait vie aux personnalités et à des moments de notre riche histoire locale :

  • Nicolas de Harlay et Charles de Valois qui ont fait édifier le château de Grosbois.
  • L’arrivée à Grosbois en juillet 1805 du maréchal Berthier, un des plus grands dignitaires de l’Empire, comblé d’honneurs et de fortune, qui fait du domaine une demeure princière et une des plus belles chasses de l’Empire.
  • Joséphine de Beauharnais affectée par le choix d’un vaudeville joué à Grosbois en 1809 qui ne parle que de divorce .
  • La disparition inexpliquée du maréchal Berthier à Bamberg en 1815.
  • Schulmeister, « l’espion en chef » de Napoléon, propriétaire du domaine du Piple, qui a failli devenir maire de la commune en 1815.
  • Alexandre Berthier, fils du maréchal, maire de notre commune sous le Second Empire de 1852 à 1870, qui a fait construire la mairie, agrandir et rénover l’église, installer l’eau courante pour contribuer à la propreté du village…

Par ailleurs, une exposition de photos et de documents, et un sympathique verre de l’amitié, complétaient la soirée.

Avant tout, le Cercle Historique tient à remercier chaleureusement tous ceux qui lui ont fait le plaisir d’assister au spectacle. Il remercie aussi le Crédit Agricole pour son soutien. Et il souhaite pouvoir faire partager d’autres aventures historiques à tous les Boisséens curieux de connaitre l’histoire de nos aïeux…

Publié dans Non classé | Commentaires fermés sur Boissy-Saint-Léger sous le Premier et le Second Empire.